1983 : Un homme, une machine

31 août, 2016

Read in english Lire en français

Alen et Kivimaki sur Lancia Rally 037 

Déjà vainqueur en 1980 sur une Fiat 131 Abarth et en 1982 sur une Opel Ascona 400, le grand Walter Röhrl s’impose cette année avec une Lancia 037 Rally. Tout au long de cette 51e édition, le champion allemand démontre une maîtrise totale de sa monture et de la gestion de la course. Sa suprématie est flagrante. C’est la victoire de l’efficacité et de la classe. Quant à la Lancia 037, véritable félin de 310 ch pour 965 kg, elle se montre redoutable sur le sec grâce à ses pneus Pirelli. Après deux années d’absence, le retour de Lancia sur la scène mondiale est un succès. Cesare Fiorio, le teammanager, peut arborer son sourire charmeur. Certes, le pilote et la voiture sont aidés par la météo. Les routes absolument sèches ont équilibré les forces.

Walter Röhrl s’impose cette année avec une Lancia 037 Rally

Audi, imbattable sur la neige, n’a pu s’imposer ici une troisième fois. La puissance, la légèreté et la maniabilité des Lancia deux roues motrices ont vaincu après quelques mois seulement de mise au point. Le palmarès de la Lancia 037 débutait. Alors que l’on attendait un duel Audi – Opel, c’est à celui Renault – Lancia que l’on pense dès que l’on apprend que la neige ne sera pas au rendez-vous. On y croit d’autant plus qu’à l’arrivée de la 1re spéciale, Thérier, au volant d’une Renault R5 Turbo de 280 ch, réussit le temps scratch devant Fréquelin sur Opel Ascona 400, Röhrl et Andruet sur Lancia 037 Rally. Mais ce succès n’est qu’un feu de paille. Thérier se hisse bien deux nouvelles fois parmi les trois meilleurs temps, mais lors de la 5e spéciale le bris du couple conique l’élimine. Les R5 Turbo de Saby et Ragnotti ne seront jamais compétitives. Avant que les Lancia 037 ne commencent leur marche triomphale, les Audi ont tout juste le temps de s’imposer à deux reprises avec Blomqvist. Grâce à son exploit dans Chamrousse où il relègue ses équipiers à 21” (Michèle Mouton) et à 23” (Mikkola), ainsi que Fréquelin à 39”, Alen (Lancia 037) à 45”… le Suédois atteint Monaco en leader, devançant Fréquelin de 10”, Röhrl de 16”, Alen de 58”…

Audi Quattro

Cette terrible spéciale de Chamrousse a été le théâtre d’une audacieuse opération : les Lancia changent leurs pneus (leurs roues) en cours d’épreuve afin d’être performantes aussi bien sur les quatre kilomètres verglacés que sur les vingt-quatre autres kilomètres secs. Ces deux revêtements, difficiles à gérer, perturbent de nombreux pilotes, dont Thérier et Toivonen, sur Opel Ascona 400, qui font alors des erreurs de pneus. Alen puis Röhrl remportent chacun une spéciale avant celle annulée en raison d’un nombre trop important de spectateurs au bord de la route.

A Monaco, Fréquelin a un sourire qui en dit long. Son classement le satisfait pleinement : il colle au leader, mais il a aussi distancé ses équipiers nordiques Toivonen et Vatanen, mal inspirés dans le choix des pneus. Mikkola est 6e à la suite d’un fâcheux tête-à-queue et Michèle Mouton 7e, retardée par des ennuis de boîte de vitesses. Dans la première spéciale du parcours commun, Röhrl prend la tête du rallye bien que se classant troisième derrière Andruet et Toivonen. Dès lors, il amorce une fantastique domination puisque, jusqu’au regroupement de Vals-les-Bains, il gagne toutes les spéciales : 4. Dans la dernière, le Moulinon -Antraigues, alors que chaque épreuve se dispute à coup de « petites » secondes, l’Allemand donne une estocade que seul Andruet évite. Alen 3e est à 34”, Saby 4e à 46”… L’exploit est si remarquable qu’il établit un nouveau record.

Cette même épreuve est hélas fatale à Michèle Mouton (sortie de route). La valse des Lancia 037 continue jusqu’à Monaco. Elles remportent sept victoires sur neuf, dont cinq pour Röhrl, deux pour Alen, en partagent une avec Mikkola et Toivonen, en laissent une à Toivonen : si bien que Röhrl – Geistdorfer augmentent leur avance. Alen est désormais à 3’ 25”. Il avoue ne pas parvenir à suivre le rythme de Röhrl et déclare : « je suis trop vieux pour ce genre de voiture, ça va trop vite ». Blomqvist est à 8’ 22”, Mikkola à plus de 11”…

Quant à Andruet et Fréquelin, la malchance les accable. Andruet, alors deuxième au classement général, perd plus de vingt minutes à cause d’ennuis de compresseur (on le lui change), puis d’injection. Fréquelin est victime de sorties de route à répétition. Si la première, spectaculaire, l’entraîne dans un champ d’où il parvient à se sortir, la deuxième se termine bien à nouveau grâce à l’aide musclée de spectateurs, la troisième, par contre, lui est fatale lorsqu’il tombe dans un fossé d’où il ne peut ressortir.

Au départ du parcours final, les écarts sont si importants que la plupart des prétendants à la victoire, résignés, n’y croient plus. Tandis que Röhrl gère son avance après son succès dans la 1re spéciale où il écrase une fois de plus ses adversaires, trois pilotes se déchaînent et apportent un brin de passion à cette fin de course : Andruet, Ragnotti, Toivonen.

Libéré du fait qu’il ne joue plus la victoire, Andruet attaque pour le plaisir. En pleine forme (on sait qu’il marche au moral) il enlève six spéciales dont deux fois le Turini devant Röhrl. Ragnotti, longtemps handicapé par la tenue de route de sa monture, partage la victoire avec Mikkola dans la dernière spéciale et termine à cinq reprises dans les quatre premiers. Toivonen, bien que contrarié par des ennuis de freinage et une crevaison, ce qui n’est rien comparé aux nombreux avatars rencontrés précédemment, parvient à s’imposer une fois et à se classer parmi les trois meilleurs à six reprises. Quant à Vatanen, en dépit de son manque de confiance en lui-même, il se montre occasionnellement incisif au point de remporter une spéciale. Les Opel Ascona 400 n’ont pas résisté à la furia des Lancia 037 Rally qui remportent 23 des 29 épreuves. N’est-ce pas là une victoire éclatante ?

 

Bien sûr, lorsque le succès est trop flagrant, des rumeurs circulent. C’est ainsi que l’on soupçonna Lancia d’avoir affrété des camions pour déverser, deux jours avant la course, quelques tonnes de sel dans certaines spéciales afin d’éliminer de dangereuses plaques de neige et de verglas encore existantes. On avança même l’idée que des ouvreurs, toujours de chez Lancia, armés de pelles, auraient amélioré un tant soit peu certains petits passages délicats. Et même si c’était vrai,ces pratiques sont-elles interdites par un quelconque règlement ?

LANCIA MARTINI 1983 couv1
Röhrl et Geistdorfer sur Lancia Rally 037

 

Following his successes in 1980 in a Fiat Abarth 131 and in 1982 in an Opel Ascona 400, Walter Röhrl notched up his third win in a Lancia 037 Rally. Throughout the event the German was in complete control of both his car and his pursuers. His domination was absolute thanks to a combination of class and precision. The Lancia 037 which put out 310 bhp for a weight of 965 kgs was a redoubtable weapon in the dry thanks to its Pirelli tyres. After 2 years’absence make’s return hit the headlines and the broad smile of Cesare Fiorio, the team manager, spoke volumes about the team’s success. For sure the driver and car were helped by the weather and the dry roads gave everybody a level playing field.

Alen et Kivimaki sur Lancia Rally 037

Audi, unbeatable in the snow, did not win for the third time. Thanks to their power, lightness and handling the two-wheel drive Lancias triumphed after only a few months testing. It was the first of a string of victories. The expected Audi – Opel duel did not materialise due to the lack of snow and the rally looked like turning into a battle between Renault and Lancia. In the very first special Thérier in his 280 bhp Renault R5 turbo won from Fréquelin in an Opel Ascona 400 plus Röhrl and Andruet in their Lancia Rally 037s. But this success was to be short-lived and even though Thérier managed to finish in the first 3 on 2 more occasions he was eliminated in the 5th special with a broken universal joint. The other R5s in the hands of Saby and Ragnotti were never in the hunt. Before the Lancia domination began, the Audis managed to bag a couple of wins thanks to Blomqvist. In the Chamrousse special he finished 21 seconds ahead of his team-mates Michèle Mouton and 23 seconds in front of Mikkola with Fréquelin 39 seconds back and Alen (Lancia 037 Rally) 45 seconds in arrears. The Swede arrived in Monaco in 1st place with 10 seconds in hand over Fréquelin, 16 over Röhrl and 58 over Alen.

Audi Quattro

In the Chamrousse special the Lancia team had taken a daring gamble by changing their tyres during the event so as to be competitive on the 4 kilometres covered with ice as well as the remaining 24 which were dry.

The changing surfaces slowed several drivers including Thérier and Toivonen both of whom made the wrong tyre choice. Alen and Röhrl each won a special before the one that was cancelled because of too many spectators on the side of the road.

The beaming smile on Fréquelin’s face in Monaco showed how happy he was with his performance. He was hot on the heels of the leader and had out-distanced his Scandinavian rivals, Toivonen and Vatanen, who had made wrong tyre choices. Mikkola was 6th following a spin and Michèle Mouton 7th after being delayed by gearbox problems. Röhrl took over the lead in the first special on the common route even though he came home 3rd behind Andruet and Toivonen, and after that he dominated his rivals by winning all the specials (4) until the halt in Vals-les-Bains. In the last one, le Moulinon -Antraigues, he drove the final nail into his pursuers’ coffin (with the exception of Andruet) as he finished 34 seconds ahead of Alen in 3rd and 46 in front of Saby in 4th, setting a new record in the process!

This special proved fatal to Michèle Mouton who crashed out. The Lancia 037s led the dance as far as Monaco winning 7 out of the 9 specials (5 for Röhrl, 2 for Alen, one shared with Mikkola and Toivonen and 1 won by the latter). Röhrl and Geistdorfer increased their lead and Alen was now 3 mins 25 secs behind. He was unable to match Walter’s pace and was heard to say: “I’m too old for this car. It’s too damned quick!”. Blomqvist was 8 mins 22 secs behind and Mikkola over 11 minutes in arrears.

Walter Röhrl s’impose cette année avec une Lancia 037 Rally

Both Fréquelin and Andruet were hit by bad luck. The latter in 2nd place overall lost over 20 minutes because of supercharger problems (it had to be changed) and then suffered injection failure. Fréquelin went off on several occasions. The first time he ended up in a field which he managed to get out of and after his second off he was helped back onto the road by spectators but the third proved fatal as he finished up in a ditch. As the cars started out on the final section the gaps were so big that most of Röhrl’s pursuers resigned themselves to the fact that the German was uncatchable. The latter controlled his lead after winning the 1st special where he again crushed his rivals while behind 3 drivers (Andruet, Ragnotti and Toivonen) really went for it adding a touch of interest to the rally’s final stages.

As victory was no longer in his grasp Andruet gave a marvellous display of controlled aggression and won 6 specials including the Turini twice ahead of Röhrl. Ragnotti, who was handicapped by the poor roadholding of his car, shared victory in the final special and finished in the first four 5 times. Toivonen, delayed by defective brakes and a puncture (nothing compared with his previous mishaps) won once and finished in the top 3 on 6 occasions. Vatanen came home first in 1 special in spite of his previous comments! The Opel Ascona 400s were incapable of matching the pace of the Lancias which won 23 out of the 29 specials to give them a brilliant victory.

Obviously such a dominant success gave rise to certain rumours : thus, Lancia was suspected of having hired lorries a couple of days before the rally to spread several tons of salt in certain specials to get rid of the dangerous sheets of ice and snow that still existed. The idea was also put forward that the scouts from Lancia armed with shovels had improved certain tricky passages. Whatever the case the Italian firm deserved its victory.

Röhrl et Geistdorfer sur Lancia Rally 037